Ligne de "métro" SK, Noisy le Grand

2007

"Métro", car ce n'en est pas un: il s’agit là d’un système de transport dit « hectométrique », prévu donc pour être utilisé sur quelques centaines de mètres (560m ici). Les cabines, guidées par des rails, sont tirées par des câbles situés sur la voie et atteignent 20km/h, un système débrayable permettait le passage des véhicules à une vitesse de 1km/h en gare afin de permettre l’entrée/sortie des passagers. Il existe un système semblable à Roissy CDG et au Parc des Expositions de Villepinte (93).

L’histoire de cette ligne est extraordinaire : le 4 juillet 1991, le Syndicat des Transports Parisiens (STP, devenu STIF depuis) lançait la création d’une mini-ligne de métro reliant la gare de RER A de Noisy le Grand, située au niveau du centre commercial des Arcades pour les connaisseurs, à une autre zone d’activités commerciales (ZAC), dénommée complexe Mailles-Horizons. A cette époque, il n’existait qu’un terrain vague envahi d’herbes devant « le Théâtre », immeuble caractéristique de Noisy.

La construction démarre donc, puis se termine : le système est opérationnel. Le problème ? La ZAC ne s’est jamais construite (crise, tout ça…) ! Le système dessert donc un terrain vague ! 60 millions de francs ont été investi, dont 12 par la ville. Aussitôt terminée, aussitôt murée, la ligne a été mise « en veille » jusqu’en 1999 où c’est carrément l’oubli et l’abandon : presqu’aucun employé de la gare RER et RATP n’en soupçonne l’existence ! Les escalators sont encore emballés, les rails sont neufs, il y a même des wagons encore emballés ! L’accès urbex se fait (se faisait) en gare de Mailles-Horizons : l’unique point de sortie, lorsqu’on se trouve en gare de Mont d’Est (RER), est situé 600m plus loin, à travers un tout petit passage en gare aval. En gare amont, on entend les gens circuler, téléphoner, le passage des RER : l’accès se faisait au niveau de la gare routière, à gauche en descendant l’escalier qui mène à la gare RER (l’accès est clos par un rideau de fer, voir les photos). Vous pouvez consulter ce reportage diffusé à ce sujet sur France 2 le 7 octobre 1996.